Après la pluie

Décidément, je ne sais pas pour vous, mais ici, on a le droit à une nouvelle série « d’averses orageuses » comme ils disent à la météo.
Mais même si on trouve encore de quoi se plaindre avec le temps, le jardin, lui, semble apprécier ce traitement (du moins certaines plantes). Les alternances pluie/soleil font pousser beaucoup de fleurs, même les mauvaises herbes, mais oublions-les un peu.

Et quand on aime la photo, il faut admettre que lorsque les conditions sont réunies, on peut tirer des images très poétiques.
Je vous livre ici une petite sélection prise à l’instant

Parmi mes fleurs favorites, figure le dahlia; si je m’écoutais, je pense qu’il y en aurait partout….

20140802_4692

Ils ne sont pas encore tous ouverts, mais ils sont prometteurs pour la suite…
20140802_4679

On dirait que je ne suis pas le seul à les apprécier
20140802_4688

 

Dans un autre genre, il y a aussi les sauges que j’apprécie
20140802_4717
20140802_4711

Par contre, ayant trouvé les 2 précédentes dans un grand linéaire intitulé « fleurs de massifs », je n’ai aucune idée si elles sont persistantes ou non, et encore moins leur nom
Ci-dessous, je peux par contre dire que c’est une « grahami hot lips ». Du plus belle effet, à mon sens, à côté de ma lavande (un jour je vous présenterai peut-être l’association).
20140802_4709

 

Et une fois n’est pas coutume, j’ai pu assister à une petite séance de chasse du monde minuscule.

20140802_4701
20140802_4704

C’est un véritable jeu de cache-cache

20140802_4707
20140802_4706

Mais cette fois, l’araignée devra se trouver un autre repas….

 

 

Bonne fin de week-end à tous et toutes

 

 

 

Vue de scabieuses

Bonjour à tous

Au cours d’une ballade dans ma région, j’ai découvert une petite plante sauvage qui m’a bien plu : la scabieuse. J’avais déjà cru voir a cette époque que les insectes aussi l’aimaient bien. Je ne vous cache pas mon plaisir, étant un grand amateur de photos macro.

Donc quand j’ai enfin eu mon petit jardin, je me suis empressé de planter certaines de ces merveilles, ravis de pouvoir les avoir à porter d’œil. (et d’objectif).

Je suis sûr qu’il y en a déjà qui se disent « encore un qui va confondre knautie et scabieuse ». Hé bien, vous avez tout à fait raison, je suis loin d’être assez connaisseur pour ça. Mais je me rassure en me disant qu’après tout elles font toute deux partie de la même espèce (dipsacacées pour ceux que ça intéresse). Et on trouve par ailleurs la knautie sous le nom de fausse scabieuse, ou scabieuse des champs. Alors je ne boude pas mon plaisir en adoptant les 2 indifféremment 😉

Même si on a pas autant de choix qu’avec d’autres espèces, on peut quand même déjà se faire plaisir avec les couleurs.
Je vous présente par exemple 2 de mes protégées :

scabieuse blanche

scabieuse rouge

Et pour rejoindre ce que je disais, une petite macro d’insecte :

Bourdon sous scabieuse rose


Hum, c’est bon

Je ne voudrais pas me créer de problèmes avec les arachnophobes, mais ces derniers risquent de ne pas apprécier les dernières vues.
Il faut dire que la nature est un peu cruelle des fois :

Pauvre papillon

Pauvre papillon…

A se demander comment une si petite bête a réussi à l’attraper. Mais elle est comme un caméléon : elle adopte les couleurs de la plante sur laquelle elle chasse :

Thomise cachée dans sa scabieuse

Thomise cachée dans sa scabieuse

le soleil dévoile cette traitresse

le soleil dévoile cette traîtresse

 

Encore désolé pour ceux qui n’aiment pas ces bêtes à huit pattes.
Pour les autres, si vous voulez les voir de près, n’hésitez pas à mettre un ou 2 pieds  de ces fleurs chez vous 😉

 

Perdu le Hervé…..

Lors de l’achat de la maison avec son bout de terrain, il y avait évidemment pas mal de chose déjà mises en place par les anciens propriétaires.
Parmi ces choses là, j’ai pu découvrir un arbuste que je ne connaissais pas encore; remarquez, pour être honnête, j’en connaissais encore moins qu’aujourd’hui, et c’est déjà pas glorieux.
Je me suis donc empressé d’en acheter d’autres pour en mettre aussi ailleurs dans le terrain. J’en ai donc maintenant 3, de 2 couleurs différentes. Depuis, j’en été absolument ravi…..

Cet arbuste que je n’ose citer tellement il semble provoquer les foudres sur internet, c’est « l’arbre aux papillons », de son petit non buddleia.

Au risque de provoquer encore plus les foules, je dois admettre que je ne m’étais nullement questionné sur ce « détail » lors de mon achat. Et je ne suis d’ailleurs pas sûr qu’à l’époque, cela m’aurait fait changer d’avis.

Mais voilà que pendant mes déambulations internetesques, je suis tombé sur un post, dans un forum, de quelqu’un qui pestait comme pas permis sur cet envahisseur…. Disant que c’était une espèce invasive, qu’elle se resemait toute seule au détriment d’autres espèces locales, tout ça tout ça
Quoi ??? mais c’est pas possible, il dit ça parce qu’il a vu quelques pousses apparaître spontanément dans son jardin, non ? Sûr de mon coup, je me suis dépêché de chercher un peu plus afin de découvrir si il existait des listes officielles des espèces invasives.
Alors certes, je n’ai rien trouvé qui me paraisse officiel mais toutes celles que j’ai pu consulter semblaient classer mon petit arbuste fétiche dans une sorte de catégorie noire, autrement dit parmi les espèces les plus invasives en Europe. Et autant vous dire que je suis tombé de haut en lisant tous ces articles.

 

Résultat de tout ça : je ne sais plus quoi faire moi maintenant :

Quoi qu’on en dise, je les adore moi mes arbustes. Pas difficiles pour un sou au niveau de l’entretien (je coupe régulièrement les fleurs fanées, et rabat fortement au tout début du printemps, pas d’arrosage, pas d’engrais, …)
Il faut admettre que le ballet des papillons / butineurs / oiseaux dans cet arbuste, offre un spectacle enivrant de juin jusqu’aux gelées. Et ce, même dans celui qui est planté à moins de 3 mètres de mes fenêtres…
Mais d’un autre côté, je ne voudrais pas qu’il prolifère sans aucun contrôle. Selon des articles wikipédia, il produirait plus de 3 millions de graines par plante et par an !!! 😯
Et, selon certains, il risque sur le long terme de nuire aux papillons (car en concurrence avec les plantes hôte des chenilles)

Pour le moment, je crois que le cœur l’emporte sur la raison, et j’ai vraiment envie de garder cet élément si important dans mon terrain.
Mais plus ça va, et plus je me dis que pour se dire amateur de la nature, je ne dois pas garder des espèces « dangereuses » pour l’écosystème local.
Si quelqu’un lit ce message e( a le courage d’en arriver là), je suis curieux de savoir votre avis là dessus.
Je vous laisse avec 1 ou 2 images macros de bestioles venu profiter de cet envahisseur….

 

20120709_1959

20120709_1986

20120709_2003