Cornouiller (Cornus)

Cornouiller (Cornus) – Famille : Cornacées

Le genre cornouiller comprend de nombreuses espèces et cultivars présentant une grande diversité de modes de ramification et de volume. On y trouve de petits arbustes dépassant difficilement 50cm mais également de petits arbres pouvant atteindre 7 ou 8 m de hauteur. Tous sont originaires des régions tempérées de l’hémisphère nord. Selon le type de cornouiller, l’intérêt de la floraison peut être primordial ou secondaire.Les fleurs en elles-mêmes sont rarement très décoratives. Ce sont en fait les bractées (feuilles fréquemment colorées qui accompagnent la fleur) qui présentent un intérêt particulier, notamment sur les Cornus Florida (cornouiller de Floride) et les Cornus Kousa (originaires de Chine, Japon et Corée).
L’intérêt majeur de s cornouillers se situe dans le port général des plantes, dans la présence de bractées, dans la couleur du feuillage (pour les cultivars panachés) ou, pour les plus petits, dans la couleur des bois en hiver, après la chute des feuilles.
Selon l’espèce, les principes de ramification diffèrent :

Cornus alba et Cornus stolonifera

Les rameaux forment la majeure partie de leur longueur la première année, directement à partir de la souche ou de la base des bois préexistants. Ils se ramifient ensuite en formant des bois courts situé s en extrémité. Le phénomène se reproduit d’année en année mais les ramifications sont de plus en plus chétives et finissent fréquemment par entraîner la mort du rameau complet.
Parallèlement, de nouveaux rameaux vigoureux apparaissent sur la base de la plante (basitonie). L’absence de taille ou une taille inadaptée finit par faire disparaître la basitonie et donc la régénération naturelle des rameaux. La plante perd alors son port naturel, vieillit et peut mourir prématurément.

Autres cornouillers

(Cornus mas, C.officinalis, C.controversa, C. florida, C.nuttallii, C.capitata, C.alternifolia, C.racemosa, Cornus Kousa, Cornus sanguinea…).
Contrairement aux cultivars précédents, la croissance des rameaux s’effectue pendant de longues années, à partir de prolongements plus ou moins vigoureux mais toujours sains, situés en extrémité (acrotonie). Les rameaux n’ont qu’un vieillissement relatif. Ils assurent la croissance en hauteur et en largeur de la plante.
Le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) est également capable d’engendrer de nouvelles pousses vigoureuses à partir des racines.

 

La taille des cornouillers

Cornus alba et Cornus stolonifera

Conséquence de leur mode de ramification, les Cornus alba et Cornus stolonifera se régénèrent régulièrement à partir de la base de la plante et prennent peu de hauteur une fois le système racinaire correctement développé (3 à 5 ans environ), sauf en cas de taille inadaptée qui viendrait dérégler le système hormonal responsable de l’architecture des plantes.

Taille de plantation

Aucune taille n’est nécessaire à la plantation, hormis un éventuel « habillage » des racines pour les plantes en racine s nues.

Taille de formation et d’entretien

Comme pour toute plante basitone, aucune formation ne doit être effectuée sur Cornus alba et Cornus stolonifera puisque la durée de vie de chaque rameau n’est bien souvent que de quelques années.
Dès la fin de l’hiver suivant la première année de végétation, couper quelques rameaux le plus près possible de la base de la plante (entre un tiers et la moitié du total des rameaux).
Même si parfois la tentation est grande de vouloir égaliser la plante pour avoir la sensation du travail correctement achevé, les rameaux gardés doivent être laissés sur l’intégralité de leur longueur. Les raccourcir serait néfaste pour la plante : une partie voire la totalité des rameaux laissés pourrait sécher. Dans le cas contraire, un ou plusieurs rameaux vigoureux se formerait juste sous le point de coupe et l’énergie utilisée par la plante pour développer ces bois limiterait les possibilités de régénération par la base. De plus, l’aspect naturel s’en trouverait perturbé alors que les rameaux issus de la souche offrent une plus belle apparence.
N’oublions pas que ces cornouillers sont principalement utilisés pour la couleur et la beauté de leurs bois en hiver alors, pour que le spectacle soit du plus bel effet, respectez leur port.

Les années suivantes, supprimer un tiers à la moitié du bois le plus près possible de la souche (les plus âgés) pour provoquer la formation de nouvelles belles pousses. Plus les plantes seront vigoureuses, plus il faudra laisser de rameaux. A l’inverse, sur des cultivars de faible développement, il faudra être plus sévère et ne laisser que les bois d’un an pour mieux relancer la vigueur végétative.

Pour bénéficier le plus longtemps possible des bois colorés, la taille devra bien sûr être effectuée en fin d’hiver, juste avant le démarrage de la végétation.
Evitez de laissez des rameaux de plu s de 3 ou 4 ans sur les plantes car l’écorce se décolore au fur et à mesure qu’elle s’épaissit et que les bois vieillissent.
Pour ne bénéficier que des jeunes pousses vigoureuses d’un an, il est possible de procéder à un rabattage annuel sur la souche, mais cette pratique a le double inconvénient de ne laisser aucun volume après la taille et celui de faire vieillir prématurément la souche. Si vous souhaitez vous simplifier la tâche et pratiquer des rabattages, mieux vaut ne les effectuer que tous les 3 à 4 ans environ , selon la rapidité de vieillissement des bois.
Cette pratique sera d ’ailleurs le meilleur moyen de procéder sur Cornus stolonifera ‘Kel seyi’, petit cornouiller d’une cinquantaine de centimètres dont les bois sont beaucoup trop nombreux et trop fins pour qu’une sélection annuelle sur souche puisse être effettuée.

 

Autres cornouillers (Cornus mas, C.officinalis, C.controversa, C. florida, C.nuttallii, C.capitata, C.alternifolia, C.racemosa, Cornus Kousa, Cornus sanguinea…)

Hormis les Cornus alba et les Cornus stolonifera, tous les autres cornouillers se ramifient majoritairement par des prolongements plus ou moins longs formés à partir de l’extrémité des rameaux de l’année précédente (acrotonie). Ils sont donc programmés pour prendre de la hauteur, jusqu’à parfois devenir de petits arbres.
La taille ne devra par conséquent pas consister à supprimer sur la souche des rameaux dans l’espoir d’en faire apparaître de nouveaux. Selon la forme souhaitée, elle se résumera donc à former des arbustes dont la charpente sera suffisamment bien formée pour que la silhouette soit esthétique.
Pour cela, il faudra respecter au maximum les formes naturelles des rameaux et ne pas raccourcir des bois sans raison. Le graphisme particulier de ces cornouillers les fait principalement utiliser en isolé ou du moins dans un emplacement où ils pourront être mis en valeur. Raison de plus pour respecter leur port naturel !
Attention tout de même à utiliser un cultivar en rapport avec les contraintes de place pour que le développement puisse s’effectuer librement

Taille de plantation

En dehors d’un possible « habillage » des racines, aucune taille n’est nécessaire à la plantation. Cependant, si les plantes ne sont pas suffisamment denses, un raccourcissement des jeunes rameaux sur la moitié à deux tiers de leur longueur permettra la formation de jeunes pousses et densifiera les plantes, notamment pour Cornus mas et Cornus sanguinea.
Ce raccourcissement pourra également s’effectuer l’année suivant la plantation.

Taille d’entretien

Elle se limitera à la suppression des bois morts et éventuellement à un éclaircissage de branches si les rameaux sont trop denses, disposés trop bas ou se croisent. Ne jamais couper la tête des cornouillers à grandes fleurs (Cornus controversa, Cornus florida, Cornus Kousa) dont le port naturel et la disposition de  rameaux sont si élégants. Des pousses verticales contre nature se formeraient alors, déformant la plante et ne l’empêchant pas pour autant de grandir.
En dehors d’une taille de formation consistant à densifier la plante dès la base ou, au contraire, à le conduire sur tige, le cornouiller mâle (Cornus mas) ne nécessite aucune taille particulière à condition qu’il dispose de suffisamment de place pour s’exprimer.

 

Particularités des cornus sanguin et mâle (Cornus sanguinea et Cornus mas)

Cornus sanguinea (cornouiller sanguin) et Cornus mas (cornouiller mâle) sont deux espèces spontanées dans nos régions. Leur port est dressé.
De croissance plu s rapide que les cornouillers américains et asiatiques, ils n’ont pas la singularité de leur rameaux et l’éclat de leur floraison mais sont très fréquemment utilisés en haies ou massifs champêtres, voire comme petits arbres.
Selon l’utilisation recherchée et le but choisi, le type de conduite pourra vous amener à les laisser totalement libres depuis leur plantation, au risque d’obtenir des plantes peu garnies de la base, ou au contraire à renforcer leur densité depuis la souche.
Dans ce cas, procédez à un rabattage total à quelques centimètres du sol dès la fin de l’hiver suivant la première année de plantation. De nombreux bourgeons apparaîtront, engendrant autant de rameaux qui contribueront à densifier vos plantes. Les jeunes pousses d’un an les plus vigoureuses pourront être raccourcies les deux ou trois premières années dans le but de densifier les Cornus sanguinea.
Des recépage s totaux sur souche sont possibles pour régénérer sans risque des plantes devenues trop envahissantes. Des tailles de défourchages peuvent être également entreprises, mais attention à toujours garder un prolongement naturel des rameaux coupés pour ne pas provoquer l’apparition de rejets contre nature.

Et les cornouillers fluo ?

Cornus sanguinea ‘Winter Flame’ ou C. sanguinea ‘Midwinter Fire’ au nom français si bien nommé, tirent leur intérêt de la couleur hivernale de leurs seuls bois d’un an.
Pourtant, ils sont acrotones, comme leurs parents, et sont théoriquement capables de se passer de taille. Cependant, en l’absence d’intervention, les bois prennent très rapidement une couleur grisâtre voire noirâtre, supprimant tous leur intérêt. Une sévère intervention est le seul moyen de faire perdurer le rôle pour lequel ils sont toujours choisis. Il n’existe que deux manières de mettre en valeur les tous jeunes bois :

  • Effectuer annuellement ou tous les deux ans (de préférence) un rabattage complet, directement sur la souche.
  • Procéder comme pour les Cornus alba et Cornus stolonifera précédemment évoqués en exploitant leur capacité à émettre de jeunes pousses vigoureuses à partir de la souche, voire des racines, en supprimant chaque année au plus près de la base la moitié des bois.

Toutes ces indications ont été reprises depuis ce document : www.pascalprieur.com/files/Cornouiller.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s